26/02/2005

Miroir, mon beau miroir ( 2ème tableau)


Ce petit, mon petit, mon premier petit, il est venu tout seul ( où presque).
 
Il a désiré tout de suite ce monde à venir, non comme un cadeau, mais comme un dû
 
Normal,
Je faisais trop de rêves fous , j'étais jeune et je régnais , je me croyais citadelle imprenable, j'avais payé assez cher le prix de mon insolente soif d'être.
 
Mais lui, avec ce voile d'innocence accroché à des yeux d'algue touts neufs, il a déployé des trésors de séduction m'a tout donné dans ce premier regard :
 
Moment béni où tout est simplement évident , communion, harmonie, vibrations réciproques, partage du grand TOUT.
 
Moment béni, intime , fugace, irréparable.
 
Moment à jamais tatoué et à jamais perdu que chacun cherche déspérément dans sa quête de soi, à travers le précieux, les mirages à construire,et l'amour.
 
Lui, il m'a étouffée de cet amour, il a pris toute la place , sa place.
Je pense qu'il a pris toute ma vie dans l'ivresse de son aurore;
Il m'a appris l'esprit rebelle , l'exaltation, la puissance et la fragilité.
 
 
Désirer un autre enfant, le désirer pour lui-même ,( en sachant que je le ferais d'abord pour moi) est un long processus.
Il m'a fallu comprendre que je pouvais tout donner sans que ma besace se vide , tout donner , à l'un comme à l'autre avec le coeur empli de la même allégresse pour chacun.
 
 
Alors, est venu le petit, mon petit, mon deuxième petit.
 
Il est venu tout de suite me rassurer . 
Il  a donné une vie nouvelle à mon corps  ,un nouveau sens à mon existence.
Son regard à lui a capturé l'espace ;
 
Dans un plongeon fugace à travers les galaxies, jusqu'à l'infini des lunes , il m'a montré la force tranquille, la profondeur de l'amour.
Il m'a appris à son insu mesure et réflexion .
 
Mon destin à moi , maintenant, est de les laisser s'en aller...
 
Et bien sûr, c'est tellement facile...
n'est-ce pas Miroir, n'est-ce pas??
 
 

02:51 Écrit par Muffy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Je suis
Je reste !

Écrit par : Emu | 26/02/2005

Les commentaires sont fermés.