25/04/2005

La rivière de notre enfance

 
C'est la rivière,
 
" Ce n'est pas du sang qui coule dans nos veines,
c'est la rivière de notre enfance,
Ce n'est pas sa mort qui me fait de la peine,
c'est ne plus voir mon père qui danse..."   (Michel Sardou)
 
J'aime pas trop le personnage Sardou, mais ce texte , il me parle si... "juste" !
 
Mon enfance est partie, et pourtant elle coule encore en moi, à travers moi, chaude et bienfaisante, vitale.
 
Je reste une gamine dans mes rêves mais aussi dans ma vie quotidienne, et ça ne m'empêche pas d'assumer des responsabiltés , de réfléchir, de prendre du recul, de me remettre en question, ni même de vieillir....
 
Mon père aussi est parti , et pourtant  c'est dans son amour de la vie, dans ses exubérances, dans ses éclats de rire, dans le rythme qui lui collait à la peau, dans sa rayonnante présence, qu'il me manque le plus intensément.
 
Plus la vie passe, plus je me replonge dans cette enfance qui coule en moi.
Les jours heureux où nous courions dans l'herbe, toutes les deux ,Nanou ma petite soeur, et où nous revenions les genoux éraflés, sales, ravies, ivres de vent , de terre , de rires...
 Les jours heureux où ça sentait bon les crèpes et les gaufres au sirop que  maman nous préparait au retour de l'école...
Les soirs heureux où tous trois couchés au milieu du jardin, le nez en l'air, papa nous parlait  des étoiles, et on se sentait envahies d'espace, minuscules mais protégées dans ses bras généreux;
 
Nanou ,maman, papa, je ne suis pas triste.
Ma vie s'écoule , sable blanc sous mes doigts, emplie d'autres jours heureux, de tout plein de jours heureux "d'après vous".
 
Emplie d'enfants magnifiques, beaux, sensibles, touchants, profonds, drôles, pleins de charme et d'intelligence pétillante , d'enfants qui  ont quitté le nid, pour aller à leur tour peupler d'autres jardins et contempler d'autres ciels étoilés.
 
Emplie de l'amour profond de ma petite moitié d'orange, ma compagne sincère et tendre, qui m'a permis d'assumer ma différence au milieu de tous, naturellement .
 
Emplie d'un métier passionnant, ancré au coeur même de la vie ,engagement professionnel  et personnel , souffle de liberté , de respect, école de tolérance et d'espoir.
 
Voilà !!!  La rivière de mon enfance continue son chemin dans mes veines et papa s'en vient danser dans mon coeur bondissant , une valse de jouvence...

02:02 Écrit par Muffy | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

mon enfance mon enfance à moi, je l'ai laissée au fond d'un endroit sombre en suivant la lumière blanche et pure que me renvoyait une chimie particulière.
Mais je nais à nouveau et dieu que cette naisance est bonne.
Merci pour les encouragements laissés su mon blog. Ils me touchent évidement. Merci d'assumer une différence, quand d'autres ferment les yeux.
Merci pour tout. et plus encore.

Écrit par : emi | 25/04/2005

Ptite fée laisse toi naître à nouveau, laisse ton corps et ton coeur faire des premiers pas mals assurés dans ce monde sans indulgence mais rempli de la lumière de l'espoir et de toutes ces petites flammes qui te tendent la main, te retiennent , te poussent en avant et éclairent ta route à la seule force de leur foi en toi, de leur amour pour toi.
Je reste émue, touchée par la grâce que tu transmets.
Les endroits sombres sont parfois des terres fertiles d'où sortent, par un matin d'avril, les plus riches moissons de demain.
N'oublie jamais que l'enfance ,( quelle qu'elle ait pu être), est précisément le sol surlequel nous marcherons toute notre vie;
A bientôt,
merci pour cette belle visite

Écrit par : muffy | 25/04/2005

Oh cb ces mots me touchent... Je repense souvent à mon enfance y mèlant rires, joies, peines aussi avec également des parents merveilleux!
J'en viens même à oublier mon adolescence, qui elle, ne fut pas très heureuse!
Nos parents sont dans notre coeur, il faut les garder là au plus profond de soi tout en les laissant vivre dans nos souvenirs!
Ceux qui sont partis, hélas, il faut continuer à les faire vivre en racontant de telles histoires non seulement aux autres mais à ses enfants, ses petits-enfants et ainsi de suite!
C comme ça que je me souviens d'un grand-père jamais connu et qui pr moi est qq'un de magnifique,... Tout ça par les yeux de ma maman qui comme vous a perdu son père!

Écrit par : nauscaa | 29/04/2005

Les commentaires sont fermés.