16/05/2005

Les nouvelles sorcières

 
Testament de sage-femme
 
Ce post a commencé par une réponse à Catmey en commentaire.....puis je me suis laissée emporter par ma passion !!!
....et voilà ce que c'est devenu :
 
Pour moi, être sage-femme c'est "être" d'abord, avec cette parturiente( femme en travail), "être" tout court.
Cela veut dire  acquérir une réceptivité à l'autre.
Cela veut dire vacuité et perméabilité dans l'écoute , dans la relation, dans le non- agir. 
Cela veut dire disponibilité de l'esprit mais  éveil de tous les sens.

Et, éventuellement, si c'est nécéssaire ( et ce ne l'est que rarement, si on a bien compris son art ), intervenir s'il le faut , quand il  faut et comme il faut.
Cette humilité là demande du talent, du temps, de l'énergie et surtout une énoooorme confiance dans les femmes et leur compétence (désormais ignorée,  volée,déniée ) à porter et à mettre au monde leurs petits .
Je voudrais éviter de rentrer dans un plaidoyer sur le respect de la physiologie de la naissance, où sur celui de l'autonomie des futurs parents, mais je tombe dedans à tous les coups
Je n'aime guère me faire traiter de suffragette.....quoi que je ne nie point l'être.
De plus en plus de " nouveaux parents" se mobilisent actuellement ( ex l'association "Alternatives") pour affirmer leurs désirs d'accoucher comme ils le souhaitent, où ils le souhaitent et avec la personne qu'ils ont choisie.
Comme moi, ils sont témoins de la surmédicalisation.

Comme moi, ils observent la fréquence croissante des pratiques permises par le consentement NON éclairé.
Avec les parents, j'ai  un engagement à tenir, pour que soient de nouveau reconnus leur force, leur pouvoir, leur compétence à enfanter et éduquer les générations futures
 
La majorité des grossesses ( 85%) pourraient et devraient se dérouler normalement, et il en va de même pour les naissances, tant qu'il n'y a pas intrusion dans le cours de leur histoire !

Les humains devraient savoir
 que dès que l'on l'on intervient dans les rôles naturels, on quitte la physiologie !!!!!

Et on ne fait que cela.... de la parturiente négligée, abandonnée seule à son angoisse et à sa douleur, non reconnue ni comme femme, ni comme mère, ni comme humain en souffrance ( et qui continue à te hanter à juste titre, Catmey ), à l'accouchement provoqué pour des raisons de confort ( 75%), de la pratique systématique de la péridurale( 60 à 85 %), de l'épisiotomie( 90% des primipares), de l'abus de forceps ou de ventouse .....( j'en passe les pires, vaut mieux!!!)..des préjudices de toutes natures sont commis au quotidien, qui laissent des traces dans les mémoires, les coeurs et  les corps des femmes, sous le magistral et tout puissant prétexte de les "délivrer"!!!

 
Récit de mère ( extrait):
 
"....Je suis femme du troisième millénaire.
Je fais des études,je construis ma carrière, je choisis le père de mes enfants, je planifie mes grossesses.
Comme je n'accoucherai pas souvent, la naissance est dans ma vie unévènement clé qui ne peut être que réussi.
 

"....Je suis femme et mère. Le monde médical acquiert de plus en plus des savoirs sur mon corps et celui de mon petit, mais il ne me les communique pas souvent.
Il nous dicte la façon de nous comporter, de se nourrir, de vivre.
Au nom de l'Hygiène, on me sépare de mon nouveau-né.
Au nom dela Sécurité et de la Prévention, le monde médical me sectionne le périnée, m'ouvre le ventre.
Au nom de la Science, il me distille dans le corps des drogues, pour accoucher plus vite, pour ne plus rien sentir.
Au nom du Progrès, mon corps pesé,analysé, échographié, monitoré, évalué, jugé...ne m'appartient plus....."
.
Rendre à la naissance sa dimension originelle, sacrée, intime et par dessus tout absolument unique,NOUS CONCERNE TOUS : nous n'avons  à accepter ni le rôle  de victime consentante , ni celui de bourreau robotisé, dans le mépris complet de l'individu,et des valeurs fondamentales de l'homme.

Dans notre monde, il n'y a plus de place ni pour l'échec, ni pour l'épreuve.
Donc, il est de plus en plus difficile de rencontrer ses souffrances et de les dépasser !
L'espace de vie est banalisé et aseptisé.
Les affects sont socialement mal acceptés.
Notre société de consommation fait de "l'individu" un objet et du "prendre soin" de l'autre et de soi même" , un produit.
Si la manière d'"être au monde" est liée à la manière de "venir au monde", j'ai peur que nous nous acheminions vers une société d'individus inaptes à mobiliser leurs capacités pour vivre harmonieusement leur "temps de vie".
 
Du fond des âges,je me sens appartenir à ces lignées de femmes et de mères qui, depuis l'aube de l'humanité ont pris soin de ceux qui ne peuvent s'assumer seuls.
J'ai appris des femmes qui sont venues avant moi comment " faire du bien à la vie".
Je suis l'héritière de ces femmes qui brûlèrent sur les bûchers de l'Inquisition, coupables de posséder des connaissances médicales, coupables de représenter un espoir de changement et de mieux-être au sein du fatalisme répressif chrétien.
A mon tour à présent, de transmettre mon art de "passeuse de vie", de "gardienne des passages" aux  nouvelles sorcières qui viennent après moi .
 
 
 
 

02:22 Écrit par Muffy | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

passeuse de vie... quel joli nom! j'ai eu une grossesse extrêmement compliquée, ayant perdu une partie des eaux à 6 mois de grossesse, j'ai du rester couchée 3 mois avec le risque que mon bébé pointe le bout de son nez à n'importe quel moment! 6 semaines à l'hopital, privée de la présence du papa au quotidien, examinée, nettoyée, monitorée 3 fois par jour, Mon petit bonhomme dopé pour grandir plus vite, "au cas où..." ... Et puis, réconfortée avec patience et amour par les infirmières de l'hôpital, merveilleuses bouées de secours, qui m'ont aidée à comprendre, accepter et surmonter la solitude qui m'envahissait... je suis enfin rentrée chez moi, passé le cap des 37 semaines tant redouté!
Et là c'est une sage-femme qui a pris le relais, ses visites quotidiennes m'ont permis de me préparer psychologiquement à la naissance, à défaut de me préparer physiquement! Je ne pouvais faire aucune kiné, aucun exercice de simulation, je ne pouvais pas bouger! Elle a été formidable, douce et aimante avec ce petit bout de vie qui attendait en moi... Le jour de la naissance, j'ai beaucoup regreté qu'elle ne puisse y assister, pour des raisons débiles d'entrée en salle d'accouchement! Elle aurait dû être là, elle me rassurait, elle avait vécu tout "l'avant" et elle ne serait pas là "pendant"! Je l'ai invitée après, pour que mon fils et elle fasse connaissance, celà me semblait une évidence, une obligation, elle est revenue quelques fois, et puis nous ne l'avons jamais revue... Je pense souvent à elle... une très jolie rencontre avec notre "passeuse de vie"... je t'embrasse Muffy!

Écrit par : nanou | 17/05/2005

passeuse de vie Je suis tombée enceinte très jeune...trop sans doute. Perdue dans mes paradis artificiels, seule, sans "lui", accompagnateur de moments si importants et si douloureux. J'ai choisi de garder ce bébé, il m'était impossible de décidé de sa mort.
J'ai donc mené ma grossesse à terme. Avec toutes les angoisses et les joies que ça implique. J'ai pleuré tant de fois, cachée de ma famille, de mes parents, pour ne pas ajouter à leur souffrance de me voir envahie par les drogues, celle de me voir partagée entre la joie d'attendre ce bébé, et celle de ne pas pouvoir arréter mes dépendances.
J'ai touché ce ventre ronds, des milliers de fois, j'ai senti bouger ce bébé, je l'ai vu faire des bosses et taper du pied...

J'ai vu cette femme ariver, m'ignorer totalement. J'accouchais sous x, incapable de gérer ma colère propre, mon egoisme. Incapable de faire vivre ce bébé...tellement d'envies pourtant. J'ai vu ce bébé naitre, j'ai vu comment on me l'arrachais après m'avoir dit..."c'était une fille", comme pour bien m'assurer par ce "c'était" qu'elle n'était déja plus. Pourtant elle "est" belle et bien là...quelque pars...surement mieux protégée dans les bras d'une femme aimante que dans les miens.
J'aurais aimé plus de soutient, plus de présence. Je n'étais qu'une vulgaire droguée incapable à ses yeux. Je n'en demeure pas moins une mère...une mère incapable, une mère en souffrance, mais une mère tout de même, d'une petite fille qui a aujourd'hui 3 ans, qui part sans doute à l'ecole chaque matin, avec son doudou et son petit sac rose...

Un jour peut etre je rencontrerais une "passeuse de vie", comme toi...et elle me dira "c'est une fille"...ce jour là, je serais réconciliée...même si je sais qu'il m'a été sans doute facile de reporter sur elle, la colère que j'avais après moi.

Merci pour tes mots maman Muffy...ils me permettent de croire encore.

Écrit par : emi | 17/05/2005

C'est tellement beau ce qui est écrit ici que je ne trouve plus mes mots! Je n'ai pourtant jamais rencontré de sage-femme et pourtant je ne sais pas j'ai tjr eu en moi un très grand respect pr le travail que font ces femmes!!

Et oui, la vie n'est pas tjr facile et pourtant parfois la vie c tout!!!

Pfff j'arrive même plus à écrire tellement les écrits d'emi me touchent aussi car je suis un peu comme sa ptite fille, laissée à des parents qui veilleraient bien sur moi, ma mère biologique a sûrement vécu la même situation que toi emi!
Tu sais des fois je me dis mais tu es une enfant normale, tu as vécu dans ta famille, aimée, entourée,... et d'autres fois je me dis ben non, je n'ai pas vécu avec ma mère biologique, j'ai été abandonnée même si on ne l'est pas tjr!

En tt cas, muffy, c très beau ce que tu fais!!! ;)

Écrit par : nauscaa | 17/05/2005

Et puis emi tu dois te dire que tu as laissé la chance à ta ptite fille... de pouvoir vivre car tu aurais pu choisir d'avorter et non tu l'as l'aissée vivre dans ton corps et mise au monde et tu l'as laissée pr lui offrir le plus beau des cadeaux: un meilleur avenir!!!!

Écrit par : nauscaa | 17/05/2005

Etre au monde
Chère Muffy, femme en tout,

Merci pour cette réponse emportée et pleine de vérités.
C'est effrayant pour toi d'écrire, pour nous de lire, des choses simples et qui pourtant sont ici de violents rappels que rien ne va jamais de soi.

Chacune (et de plus en plus de chacuns aussi) a son histoire, son récit, son expérience. Qui laisse un goût amer, qui a poussé à l'engagement, qui est tenu affreusement secret...

Un peu comme une check-list, je lis tes statistiques et mon score augmente à chaque mot (il fait 'T I L T !' avec le pire).
Je me suis limitée à l'absence d'un regard et à un commentaire odieux, parce que, devais-je certainement l'estimer dans mon fort intérieur, voilà peut-être le minimum syndical auquel je m'attandais.

Pour le premier, on ne sait rien et on attend tout. On attend que ce soit bien avec quelqu'un de bien, comme quand on a fait cet enfant quelques 9 mois plus tôt (si tout va bien). On attend celle qui donne et aide à tout donner.

D'autres sages-femmes, j'en avais vu beaucoup toutes les heures précédentes, les jours et les nuits. De celle qui lève les yeux au ciel quand je lui parle et que je verrai rougir à lui brûler les joues 10 heures plus tard, parce qu'elle sait la gravité de cette faute-là, à celle qui me blesse pendant des examens sans douceur, que je pousse en hurlant, dans des sanglots de rage, de cesser de me toucher et de "foutre le camp", parce que j'ose enfin refuser le mépris et la cruauté, à l'autre qui ne sera pas venue et la dernière que je hais sans qu'il y ait un regard.
Viscéralement.

Pour les exorciser, le revois mentalement chaque image. Ton texte, comme le précédent, crée d'autres images. Je hausse les épaules et je relativise.

Les images reviennent.

Écrit par : catmey | 17/05/2005

merci Merci à chacune, Nanou, Emi, Nauscaa, Catmey......
Vos récits de vie sont si poignants et si intimes .
Ils sont gravés en vous comme des tatouages de sang .

J'ai partagé au fil des ans tant de moments intenses avec des femmes qui auraient pu être vous .

Merci pour avoir osé le dire, merci pour votre confiance, merci pour toutes les femmes qui vous lirons , qui vous écouterons et qui pourrons peut-être, grâce à vous, s'approprier leur propre histoire de naissance.
Je crois que je suis très émue, tout ça me touche profondément....

Je me dis avec admiration qu'il y a vraiment en vous , malgré toutes les violences et à travers elles, cette force incroyable qui porte le monde
Je vous embrasse

Écrit par : Muffy | 18/05/2005

UN bonjour en passant par ici Cher Muffy Texte poignantsut ta passeuse de Vie.
Je commence à comprendre ton blog, depuis quelques soirs, j'y passe, je te lis en silence, ne m'en veux pas, je lis toujours presqu'en silence tous les blogs ... Merci à toi Muffy de te connaitre, ce n'est pas toi qui doit me remercier. Je te souhaite un excellent WE , pleins de bisous.

Écrit par : Frany | 21/05/2005

Un grand bonjour pour toi, en passant par ici...
J'espère que tu vas bien.
je t'embrasse.

Écrit par : Frany | 24/05/2005

missing... Youuuuuuuuuuuuu! bisdoux et tendresse...

Écrit par : nanou | 25/05/2005

Doux We pour toi ma chère Muffy.
Passée te faire un gros bisous.

Écrit par : Frany | 28/05/2005

Les commentaires sont fermés.