13/06/2005

Le soir d' Avant

 
Ce soir est difficile pour moi, car je suis là bêtement devant mon insondable impuissance à tapoter des mots inutiles ...sans doute pour me rassurer, à défaut de pouvoir le rassurer, lui, mon petit grand bonhomme de fils de 32 ans, lui, tout seul en ce moment dans son lit d'hôpital, tout seul en attendant demain .
Demain il subira son intervention chirurgicale, et puis après ce sera fini.
Après, on sera tous là , les amis , les copains, le frérot, le papa, ma Kaya et moi, et aussi les collègues de tous poils plus ou moins proches où lointains...on sera tous là pour lui tenir la main, vérifier le débit de la perf, lui donner à boire, le faire rire, mais pas trop, lui apporter des petits cadeaux de préférence débiles, rien que pour le réconforter....
Après on sera tous là pour noyer notre angoisse dans ses yeux et lui pour soulager la sienne dans les nôtres.
Ce soir, ni lui ni moi ne sommes dans l' "après" mais dans l' "avant", innommable , insupportable "avant" qui n'en finit pas de prolonger les ombres de la nuit.
Ce soir, on se téléphone et on se dit :
- ça va aller Mams t'inquiète pas.
- ça va aller mon grand, je t'aime tu sais.
- moi aussi Mams.
- qu'est ce que tu fais?
- les exam de routine, prise de sang, visite de l'anesthésiste.
Je regarde un dvd, j'en ai reçu des tas, mais chuis fatigué, je pense que je vais dormir.
- tu vas sûrement recevoir un somnifère.
- sais pas, encore rien vu venir.
- finalement une bonne cure de sommeil ça fera du bien à ta vie de patachon
- c'est vrai que je suis en manque de ce côté là .
- bon!! dors le mieux possible, mon chéri. A demain
- à demain Mams dors bien
- je t'aime fort tu sais
- moi aussi Mams.
 
 
Je voudrais lui dire tellement d'autres choses, mais , pour ces choses les mots sont trop étroits.
Je sais qu'il a peur, peur de l'opération, du diagnostic, de l'avenir, de la douleur aussi.
Il sait que je perçois bien ces choses, mais il est pudique et fragile.
Se livrer , il le vit comme quelque chose de dangereux, où de socialement peu conforme à un certain machisme et une imprégnation judéo-chrétienne inconsciente mais bien vivante.
Cela peut paraître étrange dans un personnage tel que se sien qui est capable de jeter en pâture sa vie plus que privée sur le net....
 
Moi je pense qu'il ne se livre pas ainsi, il caricature! 
Il se raconte un personnage qui fait partie de lui et qu'il déforme et recompose dans son caléidoscope mental, au gré des ses couleurs d'ambiance de ses états d'humeur, au ryhtme du baromètre de son égo, des paramètres de son bien où mal être.
Il se raconte avec la magie de sa plume aiguë , flamboyante ,riche, dont il a acquis à la fois la maîtrise et la liberté, la magie d'une plume qui conduit avec génie à la suivre , jour après jour les lecteurs envoûtés.  http://journal.skynetblogs.be
 
Mais à l'intérieur, je pense qu'il est autre encore. Je peux me tromper, car connait-on jamais quelqu'un ,fusse t'il son enfant?
Je pense qu'il est plutôt au fond de lui comme cet enfant qui s'exprime dans le texte suivant:
 
" Ne soyez pas trompés par moi.
Ne soyez pas trompés par l'air que j'ai
parce que je porte un masque,
un masque que j'ai peur d'enlever.
Faire semblant est un art qui est ma seconde nature...
Mais ne vous y trompez pas.
 
Ma surface peut sembler lisse mais ma surface est mon masque.
En dessous sourd le vrai moi dans la confusion, dans la crainte, seul, dans la souffrance.
Mais je le cache, je veux que personne ne le sache.
Je panique à l'idée de mes faiblesses, de mes craintes et de ma souffrance exposées.
C'est pourquoi je crée avec frénésie un masque pour me cacher derrière lui.
 
J'ai peur qu'au fond de moi je ne sois rien, que je ne sois rien de bon.
Et que vous le verrez et que vous me rejetterez.
mais je n'ose pas dire cela. Aussi je joue mon jeu, mon jeu désespéré,
avec un masque d'assurance à l'extérieur
et un enfant tremblant à l'intérieur.
Je déteste me cacher. je déteste le jeu superficiel, le drôle de jeu.
J'aimerais vraiment être sincère , être moi.
 
Il n'y a que vous qui pouvez essuyer le vide de mes yeux.
Vous pouvez m'aider dans chaque élan d'amitié spontanée, dans la sincérité de vos sentiments.
Chaque fois que vous me comprenez, que nous nous comprenons,
les ailes commencent à pousser dans mon coeur
Vous pouvez m'insuffler de la vie, car vous pouvez être créateurs de celui qui est en moi,
si vous le choisissez.
Vous pouvez casser le mur derrière lequel je tremble, mes doutes, mes incertitudes.
Vous pouvez enlever mon masque.
 
Une longue conviction de manque de valeurs construit des murs solides.
Plus vous vous approcherez, plus je peux m'échapper. C'est irrationnel.
Je combats et je fuis ce que je précisément je rêve d'obtenir.
Mais si l'amour et la tendresse sont plus fort que des murs solides,
là se trouve mon espoir;
 
S'il vous plait, tentez d'abattre ces murs avec des mains fermes mais avec des mains douces
parce qu' un enfant, c'est très sensible.....
 
Qui suis-je, vous demandez-vous?
Je suis quelqu'un que vous connaissez bien.
Parce que je suis chaque homme que vous rencontrez. Et je suis chaque femme que vous rencontrez "                    
                                                             ( auteur inconnu)
 
A demain donc mon petit Jorael, je t'embrasse.
Et même bien impuissante, je veille , je veille sur toi

02:08 Écrit par Muffy | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

faut lui dire il a l'bonjour d'Henri !


et surtout, faut nous donner de ses nouvelles....
promis juré, croix de bois croix de fer tu nous cache rien hein !

Écrit par : xian | 13/06/2005

je passais discrètement te dire que je savais... petite maman, je pense à toi, tout ira bien... je t'embrasse et vous souhaite le meilleur, l'avenir est devant nous, devant vous et tout ira bien... plein de tendresse pour vous tous!

Écrit par : nanou | 13/06/2005

maman muffy toutes mes pensées vont vers Laurent aujourd'hui, et à travers lui, vers vous également...
je suis coupée du monde, envoyez moi des nouvelles dès que cela vous sera possible...merci.

Écrit par : emi | 13/06/2005

Merci !!! Merci de nous avoir tous rassurés dans le blog d'emi. Je ne connais votre fils que par ce qu'emi nous en a dit. Mais j'ai lu la fin du blog de Laurent et je puis imaginer par quels affres il a pu passer. Et donc, mes ptits problèmes d'alcoolo me paraissent bien futiles face à ce que vous, Laurent et emi traversez.

Avec toute mon affection

Le Vince

Écrit par : Wineblood | 14/06/2005

.... je passe prendre des nouvelles... pense fort a vous... bisdoux

Écrit par : nanou | 14/06/2005

Les commentaires sont fermés.