12/10/2005

"C'est le voyage qui nous fait"


 
Quelqu'un a écrit:
 
" Nous ne faisons pas le voyage, c'est le voyage qui nous fait..."
 
Et ces mots pourraient bien être les premiers et les derniers de l' aventure américaine que nous avons vécue, chacun et tous, unis et séparés, fragiles et magnifiques, si dérisoirement petits dans les infiniment grands espaces, si grands dans les chemins qui apprivoisent  l'autre, les autres, avec une bien naïve conviction,et qui conduisent sans autre finitude ,à faire ce bout de route du bout du monde vers soi-même tout simplement!
 
Nous voilà donc revenus.
Revenus sans envie de revenir.
Revenir pourquoi , pour quel mirage d'ici , pour quel futur immédiat qui n'aurait pas un goût clôturé, pour quel soleil doré, pour quelle dune de sable doux au creux du désert?
 
Pourtant il ne s'est rien passé d' autre qu'un voyage sommes toutes bien ordinaire apparemment ;
Les apparences sont des images , des miroirs tronqués du réel...mais de quelle réalité sont-elles donc les témoins déformés?
Nous sommes partis avec des fardeaux , des désirs, des rêves, des espérances.
Chacun de nous portait ses différences ,en cachait les stigmates sous le voile pudique d'un vrai besoin de vacances, d'évasion, de rupture de rythme boulot-dodo.
Dans ces avions qui nous ont mené en "terre promise",c'est le jour qui nous a accompagnés , un long jour de 24 heures du levant au crépuscule: un voyage dans la lumière, vers la clarté qui n'en finit pas, comme une lueur d'éternité .
Quelle était donc cette lumière que nous poursuivions?
 
 Curieusement, le retour, lui, nous a très vite plongés dans la nuit pour se terminer avec l'aube!
Retour aux sources, peut-être, retour au vieux monde, à notre vieil homme dont nous croyions avoir fait le deuil, retour à l'intérieur vers une autre lumière naissante, vers d'autres espoirs, d'autres rêves, d'autres sources à jaillir de soi?
 
Etonnant voyage qui nous emmène dans des paysages grandioses et nous ramène au   pays-sage de nos consciences lavées, éblouies, prêtes sans doute , non pas à changer de vie, car c'est illusion, mais à changer de regard et à ouvrir les yeux autrement...
Lisez Lo, il en parle avec sa plume acérée et agile, sa plume magistrale qui capture, dénonce, souffre et aime avec ce talent fou qui l'anime.( http://journal.skynetblogs.be)
Lisez le et vous comprendrez de quoi il témoigne pour lui-même.
Pour ce qui est de mon vécu, il peut encore dormir quelques jours sous mes doigts.
Ainsi, je prolonge l' histoire,je construis des décors, je plante des frontières.
Il faut attendre que se referment les chakras qui mettent en communication l'intérieur et l'extérieur du monde, des mondes, de soi, pour que vienne la  paix qui libère la parole.
 
" Si tu crois que ce ce que tu vas dire est plus précieux que le silence, alors dis-le"....
 
Le prix du silence, le prix de l'or du silence, de l'or de certains silences magiques, ce prix là vaut parfois qu'on en parle.... parfois !

 


00:34 Écrit par Muffy | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

C pr ça que j'adore l'aller, c tellement palpitant! Tandis que le retour... c'est l'horreur!
Tu quittes des lieux magnifiques, tu voyages la nuit et tu arrives au matin avec tt ce décalage horaire dans les pattes et des heures et des heures d'avion! :-(
Et pr vous, comme pr nous, arrivée placée sous le signe du beau tps et de la chaleur...

Écrit par : nauscaa | 12/10/2005

Rêve. Heureux de saluer ton retour !
Je parlais justement de Bernard Moitessier sur mon blog...
Figure-toi que ce gars là se trouvait alors en tête de la première course en solitaire autour du monde. A l'approche de l'arrivéen et tournant le dos aux honneurs de la victoire, le navigateur décida de ne pas rentrer, et de poursuivre son voyage vers le soleil du Pacifique, de continuer la " longue route" ...
Bisous.

Écrit par : le Râleur.na | 13/10/2005

héhéhé te voilà revenue et déjà je goûte ton écriture avec cette plume qui fait exploser les miroirs en mille facettes qu'il ne faut pas reconstituer pour voir clair en nous parce que nous sommes ainsi: éternels voyageurs...
kiss.

Écrit par : mik | 13/10/2005

on ne fait pas le voyage, c'est le voyage qui nous fait... c'est drôle, c'est la phrase qui introduit notre voyage au Sénégal! Que ton coeur garde toute cette belle aventure bien au chaud, rien que pour faire comme si... je suis ravie aussi de retrouver tes mots. Bisdoux!

Écrit par : nanou | 13/10/2005

Les commentaires sont fermés.