09/11/2006

Au présent

 

j'aimerais bien m'attarder un petit peu, laisser ma tête se répandre sur l'écran et jeter pêle-mêle tous ces mots qui n'ont qu'un sens encore informe .

Il y a comme un grand dispersement.

On pourrait appeler cela un manque de repère, à moins que ce n'en soit une perte où une recherche.

J'ai jeté les dés...et j'ignore sur quel nombre ils vont s'arrêter.

En fait, je crois que je m'en fous complètement.

Je souffre d'une amnésie rétrograde qui me convient...c'est quoi encore le boulot que je faisais?aucun intérêt!

La nature étant bien faite, elle me protège dans l'oubli des émois inutiles d'un deuil sans histoire.

Elle me permet aussi de respirer, de souffler au loin cet air d'ailleurs, de vider mes poumons à fond et m'offre les vertiges du vide, du creux, du douillet de la vague.

Je suis en transparence, un peu partout et nulle part.

Je savoure la légereté de l'être, la lenteur d'un geste, l'imprécision d'un horaire.

Je m'applique au futile et je me vois sourire , dans cette marche à contre courant...d'un sourire presque douloureux qui tiraille l'estomac, de la facilité avec laquelle l'humain appréhende l'oisiveté et s'y installe en ronronnant.

Pardonnez que j'en abuse....

C'est trop court une vie pour ne pas y goûter aussi l'unique plénitude du moment présent.

03:02 Écrit par Muffy | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Bien raison. Qu'il est bon de ne rien faire, de se laisser porter par le courant. On a déjà tellement d'imprévu auquel faire face que l'oisiveté devient la sagesse...
Bises

Écrit par : Marirose | 09/11/2006

kikou te retrouve bien là au balancier du futile et de l'élan généreux! au diable les incertitudes pour la certitude de ne jamais point trouver la réponse des pourquoi et comment... ne rien faire, voilà parfois qui témoigne de l'utilité d'être!! bisous.

Écrit par : mik | 20/11/2006

ce que j'aimerais m'installer quelque part... et ronronner! du plaisir d'être là simplement, à goûter au vent qui berce, au rayon de soleil qui aveugle, à la goutte de pluie qui rafraîchit, au cri d'un petit môme qui joue dans le jardin d'à côté... toutes ces petites choses oubliées qui sont si douce à mon oreille... Mais j'ai pas le temps!!! Je ne prends pas le temps...
je t'embrasse très fort, profites-en bien!!!

Écrit par : Nanou | 21/11/2006

Les commentaires sont fermés.