03/12/2007

Posts-scriptums

J’ai mis de l’ordre dans des papiersde famille, et je me suis, comme chaque fois que l’on ne s’y attend pas, retrouvée confrontée au passé, à des évènements que je n’ai pas vécu en direct, auxquels on ne m’ a pas conviée et qui pourtant me concernaient directement.

Le mariage de mes parents en 1959,  et le désir de ma maman de nous adopter ,ma soeur Nanou et moi ! Ah, quand on accepte que son futur mari ( marié alors avec une autre femme) adopte les deux filles nées d’une union hum, pas vraiment légale, c’est une chose !

Que les gamines portent désormais le nom de ce père adoptif, c’en est encore une autre, mais qu’enfin, divorce ayant eu lieu entre les soi-disant époux légitimes et mariage s’en étant suivi entre mes parents, ma mère se retrouve sans attribution, c'est du Kafka : épouse d’un homme qui a adopté deux filles qui portent désormais son nom … 

Ses deux filles, dont elle est la mère naturelle mais non reconnue, puisque ayant laissé adopter ses enfants, par son conjoint ( à l’époque son amant), cette ma- mère-femme, n’avait plus aucun droit sur elles, aucune existence !

Je peux comprendre qu’elle ait alors voulu nous adopter à son tour, ma sœur et moi, provoquant par là, des effets qu’elle ne mesurait pas, à savoir que nous porterions désormais , selon les formules, soit le nom de maman , soit le nom de mon père adoptant adjoint à celui de ma mère –adoptante.                                                    A grand renfort d’avocats et de conseils notariés en tout genre, je ne sais pas qui a eu raison de cette affaire pour le moins absurde…..si ce n’est qu’en lisant l’acte de succession de papa ( à sa mort inopinée en 1970),le notaire nous appelle ma sœur et moi du nom de Jafer (nom de ma mère). Mais  par ailleurs, sur tous mes documents officiels figure toujours la mention de Jafer Michelle et Marie-Anne adoptées par Joseph Angel karel Brass, et  « qui porteront dorénavant ce nom »…c’est ce qu’on nous promet depuis 1954 !!!Malgré mes recherches, je n’ai trouvé nulle part, jusqu’ici , un texte légal d’adoption de la part de maman.                                                                                          Je crois, que dépitée par les  circonstances compliquées de notre histoire familiale, les difficultés financières s’y étant rajoutées lors de la faillite de papa, ce désir maternel d’adopter ses filles ne s’est jamais concrétisé….mais j’aimerais tellement finir par trouver un acte qui me prouve le contraire….                                             Je suis l’enfant de sang de mes deux parents , et cela je le sais ! n’importe quel test ADN aurait pu le prouver…,mais c’est trop simple !…et surtout trop tard.                    La loi et les circonstances ont tout compliqué : au final, je suis légalement la fille adoptive de monsieur Brass, fille naturelle reconnue de Jafer, Hélène, dont elle a perdu tous les droits précisément par cette adoption.                                     Depuis qu’ils sont tous morts, mes parents et ma petite sœur Marie-Anne, je ne suis plus désormais la fille de personne , mais je garde le nom du père, parce qu’il nous fut cher et chair .Je le garde, jusqu’à ce que moi aussi je sois effacée de l’ardoise des vivants, je le garde comme un cadeau précieux.                                         Après moi, ce nom disparaîtra : mes enfants sont des fils qui portent le nom de leur père !                                                                                                                  A quoi ça sert , les mères dans l’histoire du monde ?                                                                   A faire de toute façon des petits, qui lois ou pas, ne seront jamais que les enfants de leur cœurs, de toute éternité de femme anonyme, élan d’amour primordial,créatrice d’humanité...

01:43 Écrit par Muffy dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

kikou fils ou fille de ..et déjà dans nos veines un sang qui coule tout habillé d'une histoire bien souvent plus chahutée qu'en apparence. Mais qu'importe, nous ne sommes jamais responsable de notre identité, mais de ce que nous en faisons, oui! Il me semble donc, (non j'en suis certain) que tu en as fait quelque chose de bien, d'attachant, de libre dans l'acceptation si peu courante des contradictions et paradoxes qui nous tissent tous et que des imbéciles veulent rendre cohérents. Il n'y a point de notaire pour acter cela et c'est bien ainsi! en toute amitié. kisss

Écrit par : mik | 03/12/2007

A l'africaine... Les enfants appartiennent au père ! La mère n'est que porteuse (tellement imagé là-bas !). Ce débat a animé de nombreuses soirées en Afrique, et cette situation est acceptée par les femmes.
Chez nous, le lien du sang, le lien du lait, sont notre port d'attache.
Reconnues "officiellement" ou non ne change rien à l'amour que vous lui avez apporté, à l'amour qu'elle vous a donné, au lien qui vous unissait toutes trois...
Et c'est cela l'important...
Bises

Écrit par : Marirose | 10/12/2007

kikou joyeux noël. kiss

Écrit par : mik | 23/12/2007

re re pour te souhaiter une année pleine de gourmandises comblées en tout genre! kisss

Écrit par : mik | 02/01/2008

ce post résonne à plus d'un titre dans mon coeur... les relations mère-fille sont pour moi celles qui comptent, celles qui restent... n'ayant eu que très peu de liens avec mon Papa étant petite fille, c'est le lien qui me liait à Elle qui m'a construite telle que je suis aujourd'hui, ma Maman était et sera pour toujours le lien qui me définit sur cette terre. Je suis bien sûre la fille de mon père, je porte son nom et j'ai aussi hérité de certains de ses traits de caractère mais voilà, c'est indéniable je suis et serai toujours la fille de ma Maman (je ne fais pas à ce mot "mère" qui est si réducteur!). Sur terre comme au ciel... Je t'embrasse très fort Muffy

Écrit par : nanou | 07/01/2008

Les commentaires sont fermés.